Corps Consulaire de la Province de Liège
Accès membre

Le Corps consulaire de la Province de Liège en mission à Athènes

25/06/2016

Après les voyages au Maroc en 2014 et à Rome en 2015, c’est la Grèce que le Corps consulaire de la Province de Liège avait choisi en 2016 comme destination pour son voyage annuel, du 10 au 17 mai, à l’initiative du Consulat de la République hellénique à Liège. Trente-trois participants ont fait le déplacement vers le berceau de la démocratie et de l’idéal olympique, parmi lesquels le Doyen du Corps consulaire, Consul honoraire du Royaume d’Espagne, le Dr Fernand Goffioul, le Secrétaire général et Consul honoraire du Royaume de Norvège, Didier Bronne, le Secrétaire général adjoint et Consul honoraire du Mexique, Jean-Marie Roberti, les Consuls honoraires du Pérou, Jorge Arrese Estrada, de Malte, le Comte Greindl, de la République tchèque, Serge Mantovani, de Suisse, Florence Roth, ainsi que les anciens Consuls honoraires de Corée, Philippe Alexandre, et de la République fédérale d’Allemagne à Liège, Gérard Blaise. Deux membres non liégeois de la BCU s’étaient joints au groupe : la Consule honoraire du Sri Lanka et Vice-présidente, Monique De Decker-Deprez, et le Consul honoraire du Chili et administrateur, Thierry Dumoulin. Fernand Jadoul, Consul honoraire du Grand Duché de Luxembourg à Maastricht et Doyen du Corps consulaire, était également du nombre des participants et donnait une touche internationale à cette délégation, conduite par l'auteur de ces lignes, Professeur ordinaire émérite d’archéologie grecque de l’Université de Liège.

L'organisation du voyage a bénéficié de l'assistance précieuse et efficace de l'Ambassade de la République hellénique à Bruxelles, en particulier de S.E. Madame l'Ambassadeur Eleftheria Galathianaki et de la Conseillère, Madame Angeliki Papathanassi, ainsi que de l'Ambassade du Royaume de Belgique à Athènes, en particulier de S.E. Monsieur l'Ambassadeur Luc Liebaut, de la Conseillère et Consule de Belgique, Madame Dominique Schoofs, et de l'Attachée économique et commerciale, Madame Geneviève Wlazel.

Le programme du séjour prévoyait, comme à l’habitude, des visites touristiques traditionnelles et des rencontres officielles. Guide oblige, c’est bien sûr les vestiges de l’antiquité qui ont été l’objet des premières, avec des sites archéologiques, dans la capitale et en province, l’emblématique Acropole et le Temple de Zeus Olympien à Athènes, le Temple de Poseidon au Cap Sounion, renommé pour son cadre merveilleux et son coucher de soleil, le sanctuaire d’Apollon à Delphes, siège d’un oracle fameux, le Temple d’Aphaia dans l’île d’Egine, que l’on rejoint après une rapide traversée en Flying Dolphin au départ du Pirée, et le site de Thorikos, à la pointe sud-est de l’Attique, où les archéologues belges, appartenant principalement à nos Universités de Gand et de Liège, travaillent depuis 1963 à la mise au jour, à l’étude et à la préservation d’importants quartiers et bâtiments, souvent réservés au traitement du minerai de plomb argentifère extrait de mines locales et qui a fait la richesse du lieu et de la région.

Sur le site des fouilles belges de Thorikos (Attique) : la tombe mycénienne III

Ce fut aussi la visite du Musée archéologique national et du nouveau Musée de l’Acropole, qui rassemblent des extraordinaires collections de sculptures et permettent d’avoir l’approche la meilleure et la plus complète qui soit du développement de cette forme majeure de l’art grec antique, depuis le début de l’archaïsme, dans la deuxième moitié du VIIe siècle av. J.-C., jusqu’à l’époque romaine, aux premiers siècles de notre ère. Le Musée de Delphes a permis de compléter encore ce vaste panorama, avec des ensembles remarquables qu’ont révélés les fouilles françaises menées sur le site depuis la fin du XIXe siècle. Et pour donner une ouverture sur une phase plus récente de la culture grecque, trop souvent négligée, un arrêt s’imposait, au retour de Delphes, pour admirer le monastère d’Hosios Loukas, un des chefs-d’œuvre de l’art byzantin du moyen âge.

Au Musée de l'Acropole d'Athènes, devant la frise ionique du Parthénon
 
Dans le domaine culturel encore, il avait paru opportun de prévoir une visite à l’Ecole archéologique belge d’Athènes, une institution qui a la responsabilité de l’organisation et de la gestion des missions de fouille conduites en Grèce par les spécialistes de notre pays. Nous y avons été reçus le 13 mai par le Secrétaire général, Panayiotis Iossif, ancien étudiant de l’Université de Liège, qui a évoqué les statuts et les objectifs de l’institution et retracé l’historique de la présence scientifique belge en Grèce. Une présence permanente de ces chercheurs belges en Grèce n’est malheureusement pas possible dans notre Ecole nationale, faute de moyens et surtout de locaux suffisants  -l’Ecole est installée dans une partie du bel immeuble néo-classique qu’occupe l’Institut néerlandais d’Athènes, non loin du Musée de l’Acropole. Mais l’Ecole française d’archéologie, en vertu d’accords conclus anciennement, est heureusement en mesure d’accueillir régulièrement, depuis le début du XXe siècle, ces “membres étrangers”, hellénistes belges ou originaires de pays francophones, pour un séjour de spécialisation de plusieurs années, leur donnant une occasion unique de faire leur classe sur les chantiers de fouille français, dont les plus renommés, Delphes en Grèce centrale, Délos dans les Cyclades, Argos dans le Péloponnèse, Malia en Crète orientale ... Il convenait de rappeler l’importance de cette hospitalité française dans la formation de nos archéologues de terrain qui se destinent à travailler en Grèce. C’est la raison de la visite que la délégation consulaire liégeoise a pu faire de la prestigieuse institution française, vieille de 170 ans, sur les pentes de la colline du Lycabette, sous la conduite de son Directeur, le Professeur Alexandre Farnoux.

Dans ce programme déjà bien chargé, une place a pu être réservée à des rencontres officielles. Au delà des clichés qui sont dans l’esprit des Européens quasi exclusivement des références au passé antique du pays, et au delà des idées reçues qui se sont imposées à la suite de la crise qu’il vit depuis les dernières années, le but était de faire mieux connaître la Grèce moderne et surtout la Grèce contemporaine, sa réalité quotidienne souvent douloureuse, mais aussi les atouts qui sont les siens et qui sont loin de se limiter aux seules richesses qu’apporte l’industrie touristique.

Une séance d’information et de travail avait ainsi été mise sur pied,  le 12 mai, au siège de l’agence Enterprise Greece, l’équivalent grec de l’AWEX, notre agence wallonne à l’exportation et aux investissement étrangers. La présence dans le groupe des voyageurs liégeois de chefs d’entreprise et celle de Dominique Godin, Président du Conseil d’administration de l’AWEX, avaient amené l’idée de solliciter cette rencontre et une aide efficace avait été apportée à sa préparation et à son organisation par Pentelis Gassios, Conseiller économique et commercial à l’Ambassade de la République hellénique à Bruxelles, et par Geneviève Wlazel, Attachée économique et commerciale pour la Région wallonne et la Région Bruxelles-capitale à l’Ambassade de Belgique à Athènes, et liégeoise d’origine, qui était présente à Enterprise Greece le 12 mai. La séance était placée sous la présidence de Velissarios Dotsis, Président d’Enterprise Greece, et de Manolis Daniil, Directeur du service exportation, et nous avons eu d’intéressantes communications de Constantinos Angelopoulos et Nikos Stamou, ainsi que de Dominique Godin, sur les échanges des deux pays et les perspectives de développement dans quelques secteurs clés (“Greece: En route to becoming a great turnaround story”, “Greece: Export promotion strategy and actions”). L’initiative a été bien reçue par les participants à la séance qui s’est poursuivie pour l’un d’entre eux, à sa demande, par des rencontres B2B avec des industriels grecs. Il a aussi été convenu d’explorer plus avant les perspectives d’échanges commerciaux accrus entre les deux pays, sur base de contacts réciproques à développer.

Un signe manifeste de cette volonté d’accroître les échanges a été donné par S.E. l’Ambassadeur de Belgique, Luc Liebaut, qui a reçu, avec son épouse, la délégation à la résidence, le 12 mai en fin de journée. Outre des membres du Belgian Business Club et des associations de Belges en Grèce, l’Association des Belges francophones et le Vlaamse Kring, L.E. les Ambassadeurs en Grèce des pays représentés par un Consul dans la délégation avaient été conviés à cette réception et des contacts nombreux ont pu être noués, qui sont de bon augure pour l’avenir. S.E. Constantin Chalastanis, Ambassadeur honoraire de la République hellénique à Bruxelles, était également présent, en compagnie de Madame Chalastanis.

Une rencontre a également été organisée avec le Consular Corps in Greece, l’association homologue de notre Belgian Consular Union, au Centre de Tradition hellénique, dans le quartier de Plaka, le 15 mai en fin d’après-midi. Le Président, le Capitaine Nikolaos Soutos, Consul honoraire du Libéria, et le Secrétaire général, Miguel Capuano, Consul honoraire du Nicaragua, nous ont reçus très aimablement, en présence de Dominique Schoofs, Conseillère à l’Ambassade du Royaume et Consule de Belgique à Athènes, dans le bel immeuble historique merveilleusement restauré à l’initiative du Président, Panayiotis Gerolimatos. Nous garderons longtemps le souvenir de cet agréable moment passé sur la terrasse du Centre, offrant une vue imprenable sur l’agora et l’acropole d’Athènes, qui peut rivaliser avec la vue sur le forum romanum dont on avait pu jouir depuis la terrasse de la résidence de S.E. l’Ambassadeur de Belgique en Italie  lors de la réception offerte à l’occasion du voyage romain de 2015. Après “la plus belle terrasse de Rome”, nous avons eu cette fois accès à “la plus belle terrasse d’Athènes”.

Réception par le Coprs Consulaire de Grèce au Centre de tradition hellénique (Athènes) : de g. à dr. Capt. Nikolaos Soutos, Consul honoraire du Libéria, Président, Michel Mikolajczak et son épouse, Dominique Schoofs, Consule de Belgique à Athènes, et son époux, Miguel Capuano, Consul honoraire du Nicaragua, Secrétaire général

Grâce à l’intervention de S.E. l’Ambassadeur Luc Liebaut, une visite du Parlement hellénique était organisée le 17 mai en fin de matinée, après que nous ayons assisté à la relève de la garde des Evzones devant la tombe du soldat inconnu, au pied de la façade du monument. Dominant la Place Syntagma (la Place de la Constitution) le bâtiment a été le premier palais royal, au lendemain de la guerre d’indépendance  -il aurait pu être la résidence du futur Léopold 1er, si celui-ci avait accepté le trône de Grèce qu’on lui a proposé avant qu’il n’occupe celui du Royaume de Belgique. L’image du bâtiment a été popularisée par les médias du monde entier à la faveur des événements qui ont secoué la capitale grecque au cours des années récentes. La visite était l’occasion d’avoir, dans l’hémicycle même, des précisions sur le fonctionnement du système parlementaire hellénique de type monocaméral et sur la répartition des formations politiques qui composent l’assemblée ou vouli.

La délégation du Corps consulaire liégeois devant le Parlement hellénique

Mais le moment le plus chargé d’émotion fut l’accueil qu’a réservé à notre délégation le Commissaire européen de la Grèce, Dimitris Avramopoulos, le 13 mai en fin de matinée dans son bureau athénien. Malgré un agenda très chargé, le Commissaire n’avait pas hésité à consacrer un peu de son temps, au cours d’un bref séjour à Athènes, à ses anciens amis liégeois qu’il avait connus et fréquentés au début de sa carrière, dans la seconde moitié des années 80, quand il était Consul de Grèce à Liège, avant d’entamer la brillante carrière politique que l’on sait. Chargé notamment des migrations dans la Commission européenne présidée par Jean-Claude Juncker, Dimitris Avramopoulos nous a réunis autour d’un lunch fort convivial qui fut pour lui l’occasion de rappeler ses souvenirs de Liège, mais aussi de réaffirmer, dans une allocution qui fut très appréciée, les enjeux et les grandes lignes de la politique européenne en matière de migrations, auxquelles la Grèce est aujourd’hui confrontée, plus que tout autre pays européen sans doute. A cause des obligations sans cesse nouvelles de notre hôte, et le risque d’une annulation qu’elles pouvaient entraîner, la rencontre n’avait été annoncée qu’au dernier moment. Elle n’en a été appréciée que davantage, tant par le Commissaire lui même, visiblement heureux de ces retrouvailles, que par les membres de la délégation liégeoise, qui se retrouvaient quasiment en bord de Meuse, il y a un peu plus de trente ans. L'impression était d'autant plus réelle que figurait parmi nos hôtes Monsieur l'Ambassadeur Dionyssios Kodellas, Président des Special Olympics Hellas, ancien Directeur de cabinet du Ministre Avramopoulos, et qui a occupé juste avant lui, dans la première moitié des années 80, les fonctions de Consul de Grèce dans notre ville.

Présentation des membres de la délégation du Corps consulaire liégeois au Commissaire Européen de la Grèce, Dimitris Avramopoulos, ancien Consul de Grèce à Liège

La découverte ou la redécouverte de la Grèce, c’est aussi la certitude de bénéficier du merveilleux climat méditerranéen et de jouir de l’atmosphère toujours chaleureuse et conviviale qui s’exprime en particulier pour les Grecs dans les repas partagés en commun. Nous en avons profité, comme nous avons profité des spécialités grecques. La gastronomie hellénique n’a sans doute pas la sophistication de celles de France, de Belgique ou d’Italie, mais elle met en œuvre des produits de grande qualité, accommodés de façon simple et naturelle. Ce n’était pas le moindre des attraits de ce voyage et le dîner de clôture sur la terrasse panoramique du restaurant Orizontes, au sommet du Lycabette, restera dans les mémoires, tant par les plats proposés que par la vue de la mégalopole athénienne illuminée qui s’étend à perte de vue, une image saisissante d’une ville et d’un pays en marche vers un avenir plein d’incertitudes et d’espoirs.

Robert Laffineur, Consul honoraire de la République hellénique