Corps Consulaire de la Province de Liège
Accès membre

Un exemple de longévité : père et fils, 90 ans Consuls du Mexique

Est De 1894 à 1983, le Consulat du Mexique à Liège est assumé pendant 90 ans par MM. Gustave Ghilain père et fils.

Le 23 janvier 1894, le Président Porfirio Diaz signe au Palais National de Mexico la désignation de Gustave Ghilain comme Vice-consul des "Etats-Unis Mexicains" à Liège. Gustave Ghilain, né à Liège le 2 juillet 1864, était marié à Sophie Blanpain et administrait la société métallurgique Auguste Ghilain (du nom de son père, important industriel du quartier liégeois de Saint-Léonard) dont les usines occupaient un vaste terrain allant de la place Maghin à la rue aux Chevaux. Cette Société Anonyme Auguste Ghilain a refusé de travailler pour l'occupant en 1914 et ce refus aurait entraîné la destruction de toutes les machines par la puissance occupante causant la ruine de l'entreprise et le chômage de tous les ouvriers. Elle ne s'en remit jamais. Gustave Ghilain était aussi administrateur des charbonnages liégeois de Gosson-LaHaye et Haloz réunis. Son épouse lui donna cinq enfants : une fille puis quatre fils. Le premier d'entre eux, Maurice devint industriel au Mexique. Le troisième, l'architecte Pierre, fut notamment Consul de Monaco, et le puîné était Gustave-Louis Ghilain dont nous parlerons ci-après.

Promu consul du Mexique, pour les provinces de Liège et du Luxembourg, le 10 janvier 1903, Gustave Ghilain senior collabora activement à la participation mexicaine à l'exposition universelle de Liège en 1905. Sa nomination consulaire fut confirmée le 19 janvier 1922. Le consulat eut diverses adresses  : 25 rue des Anges, 49 quai Saint-Léonard, en Jonruelle et 123 rue Louvrex dans un immeuble de style art nouveau construit selon les plans du célèbre architecte liégeois Gustave Serrurier-Bovy, et malheureusement détruit pour faire place à une percée autoroutière à l'endroit dit « rampe de Sainte-Marie ». Pendant l'entre-deux-guerres, le consul recevait aussi ses invités dans sa maison de campagne à Fraipont. Gustave Ghilain devint en 1919 commissaire de l'Etat belge devant les Tribunaux des dommages de guerre (celle-ci ayant par ailleurs gravement endommagé les usines familiales). Il fut le Président Fondateur du « Cercle consulaire de Liège » et devint ultérieurement le Doyen du Corps consulaire de la Province. Il était aussi Conseiller de l'Institut archéologique liégeois et membre du Conseil de fabrique de la Collégiale Saint-Barthélemy (il signa d'ailleurs quelques intéressantes brochures sur des fouilles de sites archéologiques, en particulier, une étude pertinente relative aux Fonts Baptismaux de l'église Saint-Barthélemy à Liège). Il était correspondant de l'Institut archéologique mexicain. II fut fait chevalier de l'Ordre de Léopold, a été décoré de la médaille de la Restauration nationale et honoré du grade de Commandeur de l'ordre national mexicain « El Aguila Azteca ». Lors de la remise de cette haute distinction par l'Ambassadeur du Mexique, S.E. José Nuñez, à l'Hôtel de Ville de Liège le 27 mai 1946, Gustave Ghilain estimait que cet honneur découlait non seulement de la longueur de sa carrière consulaire mais aussi et surtout du « chiffre d'affaires que » son « consulat a fourni au Gouvernement mexicain grâce au produit de taxes qui, dans les années les plus favorables, ont concerné un total d'exportations liégeoises de rails et de profilés de 25 millions de francs, d'armes et de munitions pour une somme de plus de 20 millions de francs, de tuyaux en fonte coulée verticalement pour plus de 7 millions de francs, pour des quantités énormes de tissus et de laines livrés par l'agglomération de Verviers ». Il ajoutait : « Le Gouvernement mexicain a reçu par mon intermédiaire au cours de l'année 1938, 32.219 pesos, ce qui représente les droits de 5% de la valeur de la marchandise exportée, chiffre qui dépasse ainsi celui des taxes d'exportation de trente-trois consulats européens parmi lesquels ceux de Leipzig, de Munich, d'Essen, de Milan, d'Amsterdam, de Lyon, de Birmingham, de Vienne et de Luxembourg ». Voila à quoi on mesurait alors l'efficacité consulaire.

Monsieur Gustave Ghilain qui présida le « Cercle consulaire de Liège » du 20 novembre 1914 au 16 janvier 1920, puis du 13 janvier 1923 jusqu'au 23 février 1951 (soit pendant un tiers de siècle, la présidence ayant été confiée au prestigieux représentant de la France, Monsieur Labbé, pendant trois ans) put compter sur des collaborateurs de talent. Le Chancelier du Consulat du Mexique en 1919 était Monsieur Alfred Delgotalle-Ghilain, membre du « Cercle consulaire de Liège ». Mais outre son fils aîné (voir ci-après), son principal collaborateur fut Monsieur Henri Somzé, directeur-gérant du quotidien « La Gazette de Liège » et docteur en droit, domicilié 17 rue de Spa et auteur, en 1935, d'un opuscule publié par le Cercle consulaire de Liège sous le titre « Droits, Privilèges et Immunités des Consuls ». Pendant la première guerre déjà, il fut d'une grande utilité comme subtil juriste face aux autorités occupantes (voir le rapport de Monsieur Ghilain de mars 1919). Elu Bibliothécaire-Conservateur au sein du comité du Cercle consulaire de Liège, Monsieur Henri Somzé laissa en avril 1937 le poste de Vice-consul du Mexique à Liège à Monsieur Gustave Ghilain junior. Gustave Ghilain décéda à Liège le 23 février 1951, dans sa quatre-vingt septième année, après avoir rempli ses fonctions consulaires pendant plus d'un demi-siècle (cinquante-six ans).

Son fils aîné, Gustave-Louis Ghilain, né en 1909, devint à vingt ans, en 1929, « chancelier du Consulat du Mexique à Liège ». Professionnellement il fut Avoué à la Cour d'Appel de Liège (où son fils Philippe termina, en cette première décennie du vingt-et-unième siècle, sa carrière de magistrat comme Avocat général). Nommé Vice-consul de Mexique le 1er avril 1937, Gustave-Louis Ghilain devint Consul des Etats-Unis du Mexique pour les Provinces de Liège et du Luxembourg après le décès de son père en 1951 (exequatur renouvelé le 4 novembre 1960). Il le resta jusqu'à fin 1983 peu avant son décès survenu le 5 mars 1984 dans sa 75ème année, totalisant, lui aussi, depuis 1929, plus d'un demi-siècle de services consulaires rendus au Mexique (cinquante-cinq ans). Il assuma aussi pendant une dizaine d'années jusqu'en 1972, les fonctions de secrétaire général du « Cercle consulaire de Liège ». Le Consulat fut en 1951 installé dans la maison familiale de Gustave-Louis Ghilain, 34, Rue Fusch à Liège, où le drapeau frappé de l'aigle, du cactus et du serpent, flottait au moins huit jours par an, lors de chacune des nombreuses fêtes officielles mexicaines : les 5 février, 21 mars, 1er et 5 mai, 15 et 16 septembre, 10 octobre et 20 novembre. Le Consulat fut ensuite transféré 13 rue des Augustins à Liège. Gustave-Louis Ghilain fut aussi Président provincial liégeois de la Croix Rouge de Belgique (comme l'est, au début de ce XXIème siècle, l'actuel consul honoraire de Finlande à Liège, Albert Géradin). Le 14 mars 1979, l'Ambassadeur du Mexique à Bruxelles, S.E. Gerardo M. Bueno, organisa en sa résidence privée alors située rue du Loutrier à Bruxelles une grande réception en l'honneur du Consul à Liège afin de lui remettre la décoration de commandeur de l'Ordre mexicain de l'Aigle aztèque, en présence de nombreux responsables mexicains, de hauts fonctionnaires des Affaires étrangères belges et de représentants des Ambassades latino-américaines. A l'issue de ces nonante ans de présence consulaire mexicaine à Liège, il fallut attendre quelque vingt ans, jusqu'au 7 avril 2003, pour que le Mexique désigne l'actuel Consul honoraire à Liège, Jean-Marie Roberti, qui depuis une dizaine d'années a connu quatre Ambassadeurs, Leurs Excellences Monsieur Porfirio Muñoz Lédo, Mesdames Maria de Lourdes Dieck-Assad et Sandra Fuentes-Berain Villenave et Monsieur Juan José Ignacio Gomez Camacho.